gif
©

Décomplexe ta masturbation !

Par Sexopsycho

Et si on se libérait des préjugés concernant la masturbation ?
Sexopsycho déconstruit quelques préjugés sur une pratique bien connue et pourtant mal jugée, avec les illustrations de Léa.butine.

La masturbation, source de tabous ?

Imaginez un monde où l’on considère que la masturbation est une pratique relevant du pathologique et du danger sanitaire. Inutile de faire preuve d’imagination, il suffit d’ouvrir les livres d’Histoire. A tel point que l’un des premiers ouvrages faisant la jonction entre la Médecine et la Sexualité (plus tard, la Sexologie) recensait tous les risques de cette pratique du Démon !

Fort heureusement, aujourd’hui, la science s’est penchée sur le sujet avec davantage de recul et nous avons pu en retirer un nombre incalculable d’effets positifs !
Toutefois, il est loin d’être exceptionnel que je retrouve en cabinet, des patient.es ayant développé des troubles sexuels dont les premières causes se sont dessinées dès l’enfance, l’adolescence et même à l’âge de jeune adulte, dans une seule et même injonction : « La masturbation, c’est Mal ».

Car oui, même en 2022, le manque d’informations sur le sujet et les innombrables tabous qui subsistent au sein des foyers conduisent très souvent à botter en touche sur l’éducation sexuelle. Et parfois, sans mauvaises intentions, on peut se sentir tellement mal à l’aise à l’idée de parler de ces choses-là avec nos enfants (ou ceux des autres, ça marche aussi), qu’on peut avoir des phrases maladroites qui finissent par résonner pendant de nombreuses années.

Bien évidemment, la masturbation n’est pas une obligation ! Bien au contraire, il s’agit d’un plaisir qui se développe NATURELLEMENT dès la petite enfance, mais cela ne conditionne pas forcément à un intérêt massif par la suite. Tout le monde à sa propre jouissance ou non-jouissance. Le problème, c’est plutôt de se voir réfréner l’accès à cette pratique, à cause du discours des autres et non de sa propre expérience.

En bref, on est heureux.se avec sa sexualité, non pas le jour où l’on a tout expérimenté, mais le jour où l’on a le sentiment d’être entièrement LIBRE de le faire.

Cet article est donc là pour aider à décomplexer sur cette pratique qui concerne la majorité des êtres humains (et pas que !), et aussi pour mettre à mal certaines informations erronées cultivées par l’obscurantisme.

Beaucoup de gens se masturbent pour ces raisons aussi, donc ne culpabilise plus !

1) Se masturber avant de faire dodo

C’est un très grand classique qui revient très souvent dans les questions que peuvent poser mes abonné.es en DM : « est-ce que je suis normal.e d’avoir besoin de ça pour dormir ». Comme souvent en Sexo (et même en Psycho), l’un des premiers critères d’une pathologie, d’un trouble, d’un comportement négatif, c’est la notion de nuisance quant à notre bien-être.

Donc, la bonne question à se poser est la suivante : « Est-ce que ça me fait du bien ou est-ce que cela handicape certains aspects de ma vie ? ».
Si on perçoit qu’il n’y a pas de conséquences négatives, alors c’est ok. Et puis, soyez rassuré.e si c’est votre cas : BEAUCOUP DE GENS LE FONT, et parfois même à deux !

Même physiologiquement, c’est logique étant donné que tu vas libérer de l’endorphine (molécule du bonheur, la fameuse molécule sécrétée à chaque raclette), ce qui va favoriser la détente et l’apaisement. Evidemment, ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde, il y a des exceptions. Mais la majorité des personnes y trouvent une vertu conditionnant à un doux repos.

 

2) Se masturber pour lutter contre les douleurs de règles

Lors d’un orgasme, l’utérus va se contracter. Donc forcément, une personne qui souffre de douleur de règle va ressentir un effet immédiat à la masturbation. On évalue qu’1 personne sur 5 n’appréciera pas forcément la sensation, voir la jugera désagréable. 1 autre personne sur 5 trouvera la sensation complétement indifférente et neutre. Mais les 3 personnes restantes sur 5 verront une diminution significative des douleurs. En voilà une bonne nouvelle.

Mais c’est surtout une technique qui reste très peu communiquée et qui pourrait convenir à encore plus de personnes si elle était pratiquée sans complexe. Problème majeur, le conditionnement systémique suivant : « le sexe pendant les règles, c’est sale ».

Une nouvelle injonction qui ne propose que frein et censure, alors que les sondages montrent bien que c’est une période propice au désir et au besoin de tendresse. On peut donc commencer à déconstruire cette image injuste en s’occupant de soi. On a peut-être déjà le réflexe de la bouillotte, le chocolat et la couette... Pourquoi ne pas rajouter notre toy préféré dans la « team réconfort » ?

 
Décomplexe ta masturbation !
©
 

3) Se masturber pour préserver sa santé

Côté pénis, cette fois-ci, une stat aussi incroyable qu’importante à connaître : éjaculer 21 fois par mois réduirait de 50% le risque de cancer de la prostate. Ceci n’est qu’un nombre parmi une multitude sur les vertus de l’activité sexuelle. Mais si je vous présente celle-ci, c’est aussi et surtout pour montrer concrètement que notre corps est un ensemble de connexions qui se contrebalancent et s’autoalimentent. On parle souvent de l’activité physique, c’est la même chose avec la masturbation, elle peut offrir des gains durables sur notre santé.

Le challenge 'Not Nut November', késako ?

Nous venons de clore le mois de Novembre qui se trouve être annuellement affublé d’un challenge aussi inutile que culpabilisant : le Not Nut November. Ce défi consiste à ne pas éjaculer pendant un mois. L’idée de départ étant d’en observer les effets sur la virilité et les instincts primaires en bloquant l’accès au plaisir du pénis.

Cliniquement infondé, on peut finalement y voir un challenge qui vient une nouvelle fois culpabiliser les pratiquant.es de la masturbation et cultiver les croyances d’une sexualité aux instincts incontrôlables et bestiales. Une hérésie donc, qui dessert nos prostates et resserre l’étaux du patriarcat.

 

4) Se masturber pour le bien du couple

Je ne compte plus les situations en cabinet où des couples pourraient débloquer certains conflits et incompréhensions en communiquant davantage sur ce sujet. Perçue par beaucoup de gens comme une véritable tromperie, l’acte de masturbation lorsque l’on est en couple jouit (ou pas, justement) d’une fantasmatique de rejet de l’autre et de dissimulation de ses véritables envies.

Bien évidemment, cela est conditionné par la consommation de supports non-éthique et de comportements masturbatoires dénués de véritable recherche de plaisir (majoritairement chez les hommes cis). Or, on observe souvent un véritable gain de complicité et d’épanouissement sexuel à deux lorsque ce sujet est sécurisé. Car oui, cette pratique n’a pas pour vocation d’être stoppée nette dès l’instant où l’on trouve un.e partenaire.

Au contraire, il s’agirait même d’un formidable vecteur de connaissance à propos de soi et de ses zones sensibles à explorer ensemble, mais aussi un comportement qui favoriserait la responsabilisation de son propre désir. Car oui, il n’est pas rare de voir des couples ne pas ressentir le même désir, que ce soit en termes de fréquence, d’intensité et de diversité de pratique.

La masturbation ne se présenterait donc pas comme une sexualité annexe, vu par certain.es comme « en cas de manque », mais davantage comme une auto-sexualité AUSSI importante que la sexualité à deux. De plus, il m’est apparu de nombreuses fois que certains couples venant consulter avaient ressenti un climax de plaisir en pratique la masturbation envers soi-même, mais côte-à-côte. A tester donc !

 

5) Se masturber pour ne pas bosser

On termine avec mon préféré. Celui qui fait vraiment peur à beaucoup de gens. « Pourquoi, dès que je dois rendre un dossier ou me mettre à une tâche que je n’aime pas... je me retrouve à me masturber !? ». Pas d’inquiétude, c’est normal et c’est surtout hyper fréquent !

Plusieurs arguments sont avancés pour justifier la régularité de ce comportement. Cela peut venir de l’envie de se détendre avant de se lancer, cela peut être pour assouvir une envie qui nous empêcherait d’être totalement concentré.e, ou bien cela peut être une croyance selon laquelle un changement d’humeur nous pousserait à la motivation.

Que ce soit en lien ou non avec des résultats par la suite, ce qui est sûr, c’est que beaucoup de personnes se sentent soulagées lorsque l’on évoque le sujet en soirée : « ah ouaiii ? toi aussi ?? je croyais que j’étais le.a seul.e !! ». Attention tout de même, c’est peut-être une simple excuse... comme un distracteur (ça fait beaucoup de tracteurs, ça) pour ne pas vous lancer. Mais si vous voyez que c’est véritablement un booster, dans ce cas, amusez-vous bien.

 

BONUS : Non, ça ne rend pas sourd. Mais oui, quand vous avez un orgasme, ça peut arriver qu’avec la pression sanguine, les oreilles bourdonnent. Inutile de vous alarmer sauf si vous ressentez des douleurs et que cela devient chronique... Sinon, pour les autres, on a jamais perdu un tympan en se faisant plaisir, du moment où ce n’est pas en se masturbant les oreilles !

Bon... ça fait du bien, hein ?
Allez, ce dossier peut attendre demain !

 

Et toi, quelle est ton expérience avec la masturbation ? Viens en parler sur le forum !

Mais qui est l'auteur ?

Décomplexe ta masturbation !
©

Pierre Dubol alias Sexopsycho est Psychologue Clinicien à Nîmes spécialisé en TCC et Sexualité. Il intervient en cabinet libéral, il est superviseur, chargé d’enseignement à l’université, mais aussi formateur en IFME. Il a créé son compte Instagram en Juin 2020 pour vulgariser des concepts cliniques. Il comptabilise plus de 65 000 abonnés sur ses réseaux et se donne pour mission de mettre à la portée de tous les informations et les concepts sur la sexualité. Toujours avec humour et légèreté.

 

Cet article t'a plu ? Alors clique sur "j'aime" et partage-le !

JOYclub, c'est quoi?

Nous aimerions te répondre : "tout ce que tu veux". Mais en réalité, JOYclub c'est encore plus que ça. Une plateforme de livestream. Un site de rencontre. Un calendrier d'évènements frivoles. Un forum érotique. Un magazine en ligne.

Un réseau social pour des contacts hors du commun. Et avant tout : une communauté à la sexualité positive avec plus de 4 millions de membres.

En savoir plus

Ces articles pourraient aussi t'intéresser !