gif
©

Celle qui aimait la farine – Partie 1

Une histoire érotique - Par Celle qui Aimait

Vous aimez la littérature érotique ? Ca tombe bien, Léa - Celle qui aimait nous a concocté une histoire des plus originales et croustillantes !

Celle qui aimait la farine.

Les rues sont désertes et le soleil n’est pas encore levé quand Laetitia passe la porte de sa boutique. La petite clochette résonne sur son passage. Elle regarde la vitrine toute vide, sans âme, sans vie. Dans 3h elle sera métamorphosée, les personnes qui vont entrer seront enivrées et pleines de désir pour tout ce qu’elle s’apprête à préparer.

Elle passe dans l'arrière-boutique, enfile son tablier et attache ses longs cheveux blonds dans un chignon bien serré au-dessus de sa tête. Elle allume le petit poste de radio poussiéreux à l’entrée du laboratoire, la journée peut commencer.

Laetitia traine un sac de farine de 25kg jusque devant le pétrin. Elle entaille une grande ouverture puis, elle se baisse et pousse sur ses jambes d’un coup sec pour le soulever et le renverser dans le grand récipient qui lui servira à préparer le pain. Elle ajoute l’eau, le sel et le levain quand la petite clochette de la porte d’entrée retentit, elle sourit.

Elle a choisi Marc pour son cu… Son curriculum vitæ !

C’est Marc, son nouvel apprenti. Ça fait deux semaines qu’il a commencé et aujourd’hui il doit l’aider à la pâtisserie. Il arrive dans le fournil, il la salut, lui fait la bise et laisse derrière lui l’odeur suave de son parfum de mâle. Elle ne l’a pas embauché pour sa jeunesse et sa beauté. Ça non, elle a choisi Marc pour son cu… Son curriculum vitæ !

Il a la vingtaine, à peine, 15 ans de moins que celle qui fait le pain. Il est frêle et sous ses airs de timide se cache un jeune homme appliqué et investi. Il est toujours à l’heure, il travaille bien et évolue de jour en jour sous les conseils de la boulangère.

Celle qui aimait la farine – Partie 1
©
 

Il ne traine pas et se lance dans la préparation de la crème pâtissière pour faire des tartelettes aux fraises. Laeticia le laisse faire, il maîtrise la recette à merveille. Pendant ce temps, elle finit la préparation de la pâte à pain et commence à façonner les baguettes, les flûtes, les boules, bâtards, couronnes et autres marguerites. Au moment de préparer les baguettes épi, elle invite son apprenti à observer et à essayer.

Elle commence sa démonstration, elle fait voler de la farine sur le plan de travail en riant, car dans son élan elle en a mis partout. Elle attrape un pâton, elle le dégaze rapidement et débute le façonnage d’une baguette classique.

 

- Alors, Marc tu vois, pour la baguette épi, tout se joue à la fin. Tu vas venir faire un coup de scarificateur très léger, dans l’axe de la baguette, tout le long. Et ensuite on va venir sectionner avec des ciseaux petits morceaux par petit morceau qu’on tourne d’un côté puis de l’autre, dit-elle en lui montrant lentement chaque mouvement.

- T’es douée. Je ne vais jamais réussir à faire aussi bien.

- Ce n’est pas ce que je te demande, tu es là pour apprendre. Et puis, c’est impossible, je suis la reine de la baguette épi, tu ne peux pas faire mieux que moi !

Il n’a qu’une envie, c’est de l’embrasser.

Marc lui sourit d’un air charmeur. Dès qu’il a rencontré Laetitia, il a tout de suite été séduit. Il ne le montre pas, c’est sa patronne, son aînée. Mais quand il la regarde malaxer le pain avec de la farine jusque sur le bout du nez, il n’a qu’une envie, c’est de l’embrasser.

Pendant qu’il malaxe son premier pâton, elle vient le reprendre sur certains gestes et c’est tout un tas de consignes qu’elle lui assène :
- Sois plus précis ! Plus ferme ! Il s’exécute.

Elle est postée à côté de lui, juste à côté de lui, l’odeur de parfum se mélange à l’odeur du levain.
Elle n’hésite pas à poser ses mains sur lui, pour qu’il affine ses gestes. Le contact de sa peau chaude lui donne des frissons, elle évite son regard et essaie de rester concentrée… En vain.

Quand elle lève la tête pour le regarder, il plante ses yeux dans les siens si fort qu’elle n’arrive pas à se décoller. Ses
yeux verts lui parlent, je vous jure ses yeux lui parlent, ils disent : « embrasse-moi ». Comme si elle était hypnotisée, comme si elle ne pouvait plus rien contrôler, la petite boulangère se met sur la pointe des pieds et…

A suivre…

Mais qui est l'autrice ?

Celle qui aimait la farine – Partie 1
©
Léa, Celle qui aimait, est une autrice érotique. Son écriture est empreinte de réalisme, parfois très crue, Léa n'a pas peur des mots. Ses nouvelles comportent toujours un message qui permet de remettre en question son rapport à la sexualité, aux fantasmes, aux corps et à l'amour. Selon elle, la lecture érotique est un voyage rempli de découvertes où l'on voit naître en soi des désirs insoupçonnés.

 

Cet article t'a plu ? Alors clique sur "j'aime" et partage-le !

Tu aimes la littérature érotique ? Viens en discuter sur le forum ou sur notre groupe spécial littérature érotique !

JOYclub, c'est quoi?

Nous aimerions te répondre : "tout ce que tu veux". Mais en réalité, JOYclub c'est encore plus que ça. Une plateforme de livestream. Un site de rencontre. Un calendrier d'évènements frivoles. Un forum érotique. Un magazine en ligne.

Un réseau social pour des contacts hors du commun. Et avant tout : une communauté à la sexualité positive avec plus de 4 millions de membres.

En savoir plus

Ces articles pourraient aussi t'intéresser !