gif
©

Monogamie, polyamour ou relation libre ?

Quel type de relation te convient ?

Polyamour, monogamie, relation libre… La multitude des formes de relation possibles et acceptées est devenue plus vaste, car les représentations de l'amour sont plus diversifiées. De plus en plus de gens se posent donc la question : quel type de relation répond au mieux à mes besoins ? Il est temps de mettre un peu d'ordre dans ses idées et de jeter un regard nouveau sur sa relation.

Par notre auteur invité Coach Dan

La monogamie est-elle dépassée aujourd'hui ?

Si tu t'intéresses au polyamour, tu as peut-être déjà entendu ce genre d'affirmations : « L'humain n'est pas fait pour la monogamie », ou encore « aucun animal n'est fidèle pour toute la vie ». Même le cygne, autrefois réputé pour être un éternel monogame, s'est déjà rendu coupable de quelques écarts.

Le monoamour

Ce terme désigne une forme de relation où l'on n'a de sentiments amoureux que pour un.e seul.e partenaire à la fois. L'expression idéalisée de ce modèle est le couple monogame et exclusif à vie.

La réalité des vécus se situe quelque part au milieu et, chez l'humain en tout cas, dépend fortement de l'environnement sociétal et culturel, ainsi que des idées contemporaines. Pour cette raison, la monogamie est peut-être la forme de relation la plus courante, pour autant elle ne convient pas aux besoins de chacun.e.

Aujourd'hui, les configurations et modèles de relations existants sont pluriels : le polyamour, le couple libre, la monogamie (avec ou sans infidélités), le célibat à long terme ponctué de rencontres axées sur le sexe, les familles recomposées, l'adultère, et bien d'autres. Et oui, tous ces modèles peuvent fonctionner. Reste à savoir quel modèle te convient à toi et à ta situation personnelle. Et d'ailleurs, ta relation suit-elle réellement le modèle que tu imagines ?

 

Dan A. Monoceros est coach dans les domaines des relations modernes, des identités sexuelles, du BDSM et des kinks. Son approche consiste à se pencher sur ta situation personnelle et à la recouper avec des modèles éprouvés et des méthodes destinées à t'apporter des solutions.

 

Mon expérience personnelle du polyamour

Après une première relation monogame, je voulais rester célibataires et j'ai enchaîné les amitiés avec plus si affinités et les liaisons. Sans m'y attendre, l'une de ces relations a évolué vers quelque chose de plus. Rien de sérieux, pas de futur à deux, mais une relation qui s'accompagnait tout de même de beaucoup de discussions et de règles. Je me suis rendu compte que je voulais un partenaire stable et pouvoir me projeter dans l'avenir, mais avec des conditions moins contraignantes.

J'ai pris conscience de beaucoup de choses et par la suite, j'ai trouvé un partenaire stable pour une relation libre. Nous avions bien sûr des règles, mais elles ne nous restreignaient pas, au contraire : elles nous libéraient. L'une de nos règles était de discuter ouvertement quand quelque chose clochait. Une autre était de trouver des solutions ensemble en cas de conflit et de se pardonner.

Nous avons vite constaté que les liaisons et la jalousie étaient un signe que quelque chose n'allait pas dans la relation, et nous avons travaillé sur notre couple. Avec chaque dialogue, nous sommes devenus plus proches et notre relation plus intense. Et tout à coup, nous sommes retrouvés dans un polycule.

Le polycule

Un polycule est un réseau de relations polyamoureuses auquel sont également intégré.e.s les autres partenaires.

L'amour, la fidélité, la jalousie… En 15 ans de relation libre avec mon compagnon, ces concepts étaient tout autant au cœur de nos préoccupations que lors de mes relations monogames passées. Au fil du temps, nous avons adapté ces termes à notre situation et développé une nouvelle conception qui correspondait mieux à nos besoins.

Est-ce que tu te retrouves dans mes propos ? Si oui, il est peut-être temps pour toi de réexaminer la question !

Monogamie, polyamour ou relation libre ?
©
 

Qu'est-ce qui constitue une relation ?

Pour dire les choses simplement, on parle souvent d'amour quand on dépasse un certain seuil d'attachement. Et si on considère les sentiments amoureux comme le cœur d'une relation, il faut alors se poser la question de ce qu'est l'amour, au juste.

La réponse varie d'un individu à l'autre, mais idéalement, il faut la trouver en commun avec son ou sa partenaire.

Lors de mes ateliers, je fais la distinction entre les quatre éléments suivants (à titre d'exemple) qui forment une relation :

  • 1. La vie sexuelle : cet aspect recouvre avant tout l'attirance physique et le désir d'avoir des rapports sexuels avec le ou la partenaire.

  • 2. L'intimité : l'intimité et la proximité sont des éléments essentiels d'une relation. Elles impliquent l'envie d'avoir l'autre à ses côtés et de passer du temps ensemble. C'est ce qui forge la confiance, et avoir déjà confiance en l'autre favorise grandement cet aspect.

  • 3. Les perspectives communes : c'est-à-dire le sentiment de pouvoir envisager une vie de couple à long terme et l'envie de façonner un avenir commun. Fonder une famille, avoir des perspectives professionnelles communes ou le souhait de vieillir ensemble sont autant d'expressions de ce sentiment. À l'inverse, des contraintes externes peuvent souder la relation.

  • 4. Les centres d'intérêt: ceux-ci peuvent être très variés, il peut s'agir aussi bien de hobbies que de pratiques sexuelles telles que le BDSM ou pratiques assimilées, ou encore d'avoir un niveau intellectuel compatible. Voir les choses du même œil est fondamental pour s'épanouir dans une relation.

Les quatre domaines cités sont des exemples de divers éléments qui peuvent former une relation. Ils exercent une influence réciproque les uns sur les autres, ou bien ils peuvent être indépendants, jusqu'à un certain point.

Qu'est-ce que ça implique pour ma relation ?

Ces quatre éléments ouvrent déjà une piste de réflexion pour nommer et appréhender les relations autrement. Selon la forme de relation, l'exclusivité ne sera pas la même dans chaque domaine. Ainsi, au sein d'une relation libre, l'exclusivité se retrouve plutôt au niveau des perspectives communes, et moins du sexe. Quant à savoir si l'intimité et les centres d'intérêt peuvent aussi être partagés avec d'autres, c'est à chaque couple de décider pour soi.

Dans une relation monogame en revanche, l'exclusivité est attendue dans tous les domaines. En pratique, c'est rarement le cas. Souvent, chaque partenaire poursuit ses propres centres d'intérêt, la proximité semble parfois plus forte avec certaines personnes en dehors de la relation qu'avec le ou la partenaire, et les arrangements où on tait les infidélités sont même largement répandus.

Non seulement l'aspect extérieur de la relation ne révèle pas grand-chose sur ce qui s'y passe. À cela s'ajoute que le ou la partenaire se fait peut-être une idée différente de cette même relation. Il n'est pas rare qu'une partie pense être dans une histoire sans prise de tête, tandis que l'autre s'imagine au début qu'il s'agit d'une relation à long terme.

Tu ne sauras jamais précisément comment un.e partenaire interprète une liaison, une relation, libre ou monogame, ou même au sein d'un polycule, si vous n'en discutez pas ensemble.


 

Cet article t'a plus ? Alors clique sur "j'aime" pour le coach !

Quel type de relation vous convient le mieux ? Venez en parler sur le forum !

Ces articles devraient te plaire

JOYclub, c'est quoi?

Nous aimerions te répondre : "tout ce que tu veux". Mais en réalité, JOYclub c'est encore plus que ça. Une plateforme de livestream. Un site de rencontre. Un calendrier d'évènements frivoles. Un forum érotique. Un magazine en ligne.

Un réseau social pour des contacts hors du commun. Et avant tout : une communauté à la sexualité positive avec plus de 4 millions de membres.

En savoir plus