gif
©

BDSM

Tout sur le sadomasochisme, le bondage et les jeux de rôles
05 juillet 2021

L'idée de pimenter votre vie sexuelle avec des pratiques BDSM vous traverse l'esprit ? Cette sexualité, aimée ou redoutée, fait pourtant parler et pourrait bien animer vos ébats ! De son langage à ses pratiques, voici comment débuter avec le BDSM.

Le BDSM, une autre façon d'explorer sa sexualité

Souvent tabou, parfois perçu comme forcément très douloureux, l'univers BDSM intrigue et pique la curiosité de bien plus de personnes qu'on l'imagine. Parmi les idées reçues, celle que seule la femme peut être soumise occupe une belle place. Pourtant les pratiques BDSM sont accessibles à tous, que l'on soit familier.e ou non avec ce type de sexualité. C'est d'ailleurs un excellent moyen pour :

  • Mieux se connaître.
  • Renforcer le lien avec son/sa partenaire
  • Se (re)découvrir
  • Pimenter une relation

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, savez-vous vraiment ce que veut dire BDSM ?

B = Bondage
D = Discipline et Domination
S = Sadisme
M = Masochisme

On peut à tout moment faire un « switch », c'est-à-dire inverser les rôles de dominant.e et dominé.e.

Les lettres SM sont les plus connues et souvent traduites par SadoMasochisme en référence aux personnes (sadiques) qui éprouvent du plaisir à travers la souffrance physique, mentale/émotionnelle et aux personnes (masochistes) qui ressentent du plaisir en étant soumises à l'autre. Il est d'ailleurs bon de savoir que l'on peut à tout moment faire un « switch », c'est-à-dire inverser les rôles de dominant.e et dominé.e.

À l'inverse, une personne dite « vanille » est une personne ayant une sexualité sans pratique BDSM. Ce surnom est dû au fait que la vanille est le parfum le plus commun des glaces, ce qui signifie qu'une personne vanille a donc une sexualité plus conventionnelle.

Mieux comprendre le BDSM

Le BDSM a ses codes, son langage. On retrouve par exemple :

  • Le dominateur ou la dominatrice, également appelé.e « dom ». C'est cette personne qui a le contrôle de l'autre. Ce rôle peut aussi bien être attribué à l'homme qu'à la femme.

  • Le collier d'appartenance qui est un des accessoires les plus répandus dans les pratiques BDSM. La personne soumise le porte en symbole de son appartenance à la personne qui domine. Un collier d'appartenance ressemble généralement à une lanière de cuir avec un gros anneau en métal. Il peut servir à officialiser une relation et c'est généralement la personne dominatrice qui l'offre à la personne soumise et le lui met autour du cou. Dans ce cas, le collier comprend un système de verrouillage avec un cadenas et la personne qui l'offre en a la clé. Il existe d'autres types de colliers mais celui-ci a une symbolique forte.

  • SSC qui veut dire « Sûr, Sain et Consensuel » est un principe majeur. Cela signifie que la relation est sûre, saine, et avec un consentement de la part de chaque partenaire.

  • Le Bondage, terme anglais, qui représente le fait d'attacher une personne pour la soumettre. Le but est d'empêcher les mouvements de la personne et des cordes ou encore des menottes font partie des accessoires les plus utilisés.

  • La cravache qui est l'accessoire auquel on pense souvent. C'est un jouet qui comprend une baguette avec à son extrémité une languette de cuir. Elle est généralement utilisée en remplacement de la fessée ou pour asseoir son rôle de dominante.

La liste est bien sûr plus longue tant il existe de pratiques et de moyens de découvrir l'univers BDSM.

BDSM
 

Comment débuter le BDSM

Le BDSM doit avant tout vous permettre de prendre du plaisir, et ne pas être une contrainte. Il est donc important de débuter avec une personne avec qui vous êtes déjà dans une relation de confiance et épanouie pour tirer le meilleur du BDSM.

Si la personne a déjà une expérience, ce sera encore mieux pour vous laisser guider mais il est important d'établir des règles de base. Prenez le temps de discuter de ce que vous voudriez faire, des pratiques (fessée, morsure) mais aussi des accessoires que vous souhaitez utiliser (fouets, cordes, menottes). C'est la base pour être en harmonie.

Apprenez à maîtriser la fessée avant de la compléter d'une autre pratique plus intense.

Il est également important de voir les pratiques BDSM comme des mises en scène, des jeux de rôles et mieux vaut vous lancer petit à petit. Pour débuter en BDSM vous pouvez par exemple :

  • Éteindre la lumière pour laisser plus de place à l'éveil des sens. Chaque contact sera ressenti avec d'autant plus d'intensité qu'en y mêlant le jeu de regard.
  • Immobiliser les mains de votre partenaire puis en profiter pour lui faire de simples chatouilles. Tous ses sens seront en éveils et les frissons provoqués pourraient être bien plus forts que vous le pensez.
  • Essayer des tenues ou lingerie BDSM. Elles seront un indicateur fort de votre rôle dans la séance à venir.
  • Ajouter des pratiques au fur et à mesure. Apprenez à maîtriser la fessée avant de la compléter d'une autre pratique plus intense.

L'idée est de ne pas trop en faire dès le début et de prendre le temps d'apprécier chaque étape, tout en tenant compte de la réaction de l'autre. Ce sera là le meilleur indicateur pour savoir s'il est temps ou non d'aller plus loin.

La sécurité, indispensable au BDSM

Même si cela fait penser à un jeu de rôles, la sécurité demeure l'élément central. Si vous vous limitez à des jeux de rôles, cela représente peu de risques. Mais si vous avez envie d'aller plus loin, avec le bondage par exemple, il est alors très important de prendre des précautions.

C'est la raison pour laquelle il est indispensable de bien convenir des pratiques autorisées et de déterminer d'une façon claire une limite à ne pas dépasser. La communication n'est pas interdite pendant les jeux, n'hésitez pas à prévenir la personne dominatrice si vous éprouvez une douleur ou une gêne. C'est cette personne qui endosse le plus de responsabilités, il est donc normal de la prévenir.

Vous pouvez également convenir d'un signal. Il s'agit là du safewordqui n'est autre qu'un mot de passe, ou de sécurité. Il est choisi en accord entre les partenaires et doit être prononcé par la personne soumise pour mettre fin à la pratique. On évite le « non » qui lui fait partie du jeu érotique. Libre à vous de choisir le terme qui convient et pourquoi pas, de compléter avec un geste particulier.

Vous l'aurez donc compris, le BDSM se fait dans le respect de l'autre et des règles fixées ensemble. Il doit participer au plaisir partagé entre personnes consentantes. Et si vous voulez aller un peu plus loin, rejoignez-nous dans le groupe BDSM.